Les candidats à la propriété s’intéressent toujours aussi peu à leur assurance de prêt. Une enquête UFC-Que choisir montre que la principale préoccupation des Français reste le taux d’intérêt de leur prêt immobilier. Or, l’assurance emprunteur représente en moyenne 30% du coût total du financement !

Le poids de l’assurance de prêt dans le coût du crédit

Selon l’enquête, la très grande majorité des Français, d’ailleurs assurés chez leur banquier, n’a aucune idée du coût de leur assurance de prêt. 35% d’entre eux ne savent pas non plus qu’ils peuvent faire jouer la concurrence et souscrire une assurance individuelle chez un autre organisme. Pourtant, le montant des économies à réaliser peut atteindre plusieurs milliers d’euros. Ceci tient au fait qu’ils pensent que le TAEG (Taux annuel effectif global) englobe tous les frais du crédit, y compris les garanties d’assurance. Négocier ce taux leur semble donc être la priorité. Or certaines garanties facultatives peuvent être facturées en plus. Leur coût peut être réduit dans le cas d’une assurance individuelle.

La délégation d’assurance : une mise en concurrence légale

Depuis la loi Lagarde de 2010, l’emprunteur a le droit de refuser l’assurance de groupe proposée par la banque au profit d’une assurance individuelle avant même la signature du contrat de prêt. Et même après la conclusion du contrat. Ce droit étant méconnu, l’emprunteur souscrit généralement la couverture proposée par l’établissement prêteur. Pour le libérer de son engagement, la loi Hamon lui permet de résilier son assurance de prêt tout au long de la première année à condition que la nouvelle assurance présente des garanties équivalentes au contrat groupe. Cette disposition étant encore insuffisante, l’amendement Bourquin (loi Sapin 2) a reconduit la possibilité de résilier son assurance de prêt tous les ans à la date anniversaire de la signature du contrat avec deux mois de préavis. Le nouveau contrat doit là aussi présenter des garanties équivalentes à l’assurance groupe.

La notion d’équivalence : une procédure simplifiée

Si 77% des emprunteurs ne savent pas comment résilier leur assurance de prêt, la loi a pourtant clarifié la procédure, notamment la notion d’équivalence des garanties. Il suffit désormais de demander à la banque la fiche d’information standardisée (FSI) et la notice de l’assurance de groupe de façon à ce que le futur assureur propose une couverture équivalente. La banque est dans l’obligation de fournir ces documents. Une fois le nouveau contrat d’assurance choisi, l’emprunteur n’a plus qu’à envoyer le courrier de résiliation en recommandé avec accusé de réception ainsi que la proposition d’assurance dans les délais. Si l’emprunteur fait appel à un courtier pour trouver la meilleure offre d’assurance de prêt immobilier, ce professionnel se charge également de la résiliation de l’ancien contrat. Autre raison pour laquelle il est recommandé de faire appel à un courtier spécialisé, c’est qu’il met en concurrence les offres de plusieurs assureurs et accompagne l’emprunteur dans la compréhension des garanties de son contrat.