Les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont historiquement bas depuis plusieurs mois. Mais cette conjoncture va-t-elle durer éternellement ? Pas si sûr… La crise sanitaire n’a pas freiné l’envie de déménager de certains foyers, d’autant que le vent est favorable aux emprunteurs : les taux d’intérêt continuent de battre des records. Mais cette situation pourrait bien changer au cours des prochains mois. C’est en tout cas ce que pensent certains professionnels du secteur. Faut-il craindre une hausse des taux immobiliers ? Quelles en seraient les conséquences ?

Un taux moyen de 1,07 %

Les taux sont toujours extrêmement avantageux. En avril et mai, le taux moyen s’établissait à 1,07 %. Dans le détail, le taux moyen à 15 ans était de 0,85 %, celui à 20 ans de 0,98 % et celui à 25 ans de 1,18 %. De mars à mai, les prêts accordés ont augmenté de 48,8 % par rapport à la même période en 2020. Un chiffre flatteur à relativiser puisque cette période correspondait au 1er confinement en 2020.

La fin des taux immobiliers bas, c’est pour bientôt ?

Les délais de traitement des banques ont du mal à retrouver leur rythme habituel en raison, d’une part, d’un flux important de dossiers depuis le début de l’année, mais également du troisième confinement du printemps, et évidemment cela ne plaide pas non plus pour une baisse des taux.

Et si les taux remontaient, les conséquences sur les ménages pourraient être importantes. La capacité d’endettement des foyers les plus modestes est directement en lien avec la faiblesse des taux d’intérêt. Une hausse signifierait pour eux l’impossibilité totale d’emprunter et de devenir propriétaire, pouvant mettre un coup de frein sur les futures transactions immobilières. 

Quels sont les taux d’intérêt actuels ?

En ce début du mois de juin, les taux relevés sont les suivants :

o De 0,87 % à 1 % sur 15 ans ;

o De 0,97 % à 1,20 % sur 20 ans ;

o De 1,20 % à 1,40 % sur 25 ans.