Vous avez pour projet de faire construire la maison de vos rêves ou de rénover
une ancienne demeure ? Attention, les normes du logement devront se plier à
la Réglementation environnementale 2020 (RE ou RT 2020), à compter du 1er
janvier 2022.

Parmi les changements notables par rapport à la RT 2012 sont
notamment prévus une réduction de la consommation d’énergie des bâtiments,
une production d’énergie supérieure à la consommation ou encore un coût de
construction plus élevé.

La consommation énergétique des constructions françaises représente 43 % des
consommations énergétiques nationales, soit 660 TWh, et près de 25 % des
émissions de gaz à effet de serre. Pour contrer cela, le Grenelle de
l’environnement a mis en place les réglementations thermiques. La RE 2020
succédera à la RT 2012 et sera mise en application à compter du 1er janvier
2022, avec de nouvelles normes à respecter pour les construction neuve et la
rénovation.

5 changements en construction et en rénovation pour la RE 2020

Non seulement la RE 2020 s’appliquera aux nouveaux logements, mais elle
concernera aussi les bâtiments déjà existants devant faire l’objet d’une rénovation.
Dans le but de réduire l’empreinte carbone et d’améliorer le confort des
occupants, plusieurs règles sont donc à retenir :

1. Des logements qui consomment moins
Les futurs bâtiments soumis à la RE 2020 devront encore moins
consommer que ceux construits sous les normes de la RT 2012. Pour rappel, la
Réglementation thermique 2012 correspondait à un plafond de 50 kWh/m²/an, c’est-
à-dire à la valeur moyenne du label Bâtiment basse consommation (BBC). Mais sous
la RE 2020, la dépense des bâtiments devrait être de 0 kWh/m²/an. La
consommation énergétique est donc divisée par trois en limitant les éléments
suivants :
 Le chauffage,
 L’éclairage,
 La climatisation,
 La ventilation,
 L’eau chaude sanitaire.

2. Des bâtiments à énergie positive
En plus de ne pas consommer, les futurs logements soumis à la RE 2020 doivent
être à énergie positive (Bepos) qui reprennent les principes de la maison passive.
Cela signifie qu’ils doivent produire plus d’énergie (chaleur et électricité) qu’ils
n’en consomment. Le surplus d’énergie produit par votre futur logement pourra être
revendu ou réinjecté dans le réseau électrique public.
Pour accumuler et restituer la chaleur, les murs, le toit et les fenêtres de ces
nouveaux logements devront être mis à profit et posséder de
nombreux équipements de production énergétique pour répondre aux exigences
suivantes :

 Une isolation thermique renforcée ;
 Une captation de l’énergie solaire ;
 Des fenêtres de haute qualité (chauffantes et rafraîchissantes) ;
 La récupération des eaux de pluies ;
 Une ventilation avec récupération de chaleur sur l’air vicié ;
 La limitation des consommations énergétiques des appareils ménagers.

3. Une maison neuve plus onéreuse
Concernant l’impact sur votre porte-monnaie, une construction RE 2020 sera plus
onéreuse qu’une construction RT 2012. On estime le coût de 5 % à 10 % plus élevé
qu’une maison classique qui serait dû en grande partie aux équipements de production d’énergie.

4. Un chauffage qui fonctionne aux énergies renouvelables
Le moyen de chauffage que vous devrez privilégier pour répondre à la RE 2020
devra dépendre de votre budget, de vos préférences et de vos habitudes de vie pour
répondre à vos besoins. Néanmoins, votre futur chauffage devra
surtout fonctionner grâce aux énergies renouvelables :
 Via une pompe à chaleur air eau ;
 Le gainable : pompe à chaleur air air ;
 Le chauffage au bois (poêle à granulés) ;
 Le chauffage solaire.

5. Des isolants plus épais
En 30 ans, l’épaisseur des isolants est passée de 0 mm à plus de 100 mm dans le
cadre de la RT 2012. Quelle épaisseur d'isolant pour la RE 2020 ? Elle augmente
encore une fois pour se conformer à la nouvelle norme. L’épaisseur d’un isolant
doit être de 300 mm.